Comment réussir ses photos en 7 étapes ?

Comment réussir ses photos en 7 étapes ?

Après avoir beaucoup hésité, avancé, reculé, voici que je décide aujourd’hui de sauter le pas et de vous proposer une nouvelle rubrique au sein de ce blog.

Suite à vos nombreuses questions sur les réseaux sociaux, j’ai décidé d’y répondre de manière plus globale en écrivant périodiquement quelques articles dispensant conseils et astuces sur la photographie. Je n’ai pas la science infuse et bien évidemment, je ne parle que de ce qui fonctionne pour moi ici ! Je reste donc à l’écoute de vos avis et suggestions !

Aujourd’hui, j’ai décidé de commencer par un article général d’introduction et de tenter de répondre à la question suivante : Comment réussir ses photos ?

Une question déjà battue et rebattue sur la plupart des blogs photographiques et qui comporte je crois, autant de réponses qu’il y a de photographes !

Mais déjà, c’est quoi une photo réussie ?

Là encore, vaste question dont la réponse dépend de la sensibilité artistique de chacun ! Je ne m’attaque pas à ce sujet aujourd’hui mais n’hésitez pas à me laisser vos éléments de réponses en commentaire !

1) Photographier ce que vous aimez

Bah oui, c’est la base mais si on n’est pas un minimum inspiré par ce que l’on photographie, il y a peu de chances d’en sortir le chef d’œuvre de la décennie…

Par exemple, je suis une quiche complète en sport d’équipes et je ne regarde jamais un match de basket, de hand, de rugby ou encore de foot, …  (à la rigueur pour la Coupe du Monde et encore, uniquement s’il y a un barbecue à la clé !) inutile de vous dire que je suis parfaitement incapable de sortir une photo réussie d’une action particulière (et en plus je n’ai pas d’objectif qui va bien !). Au contraire, si vous n’aimez pas les gens, inutile de vous lancer dans la photographie de portrait…

2) S’entrainer

Et oui, ce n’est pas un secret mais pour progresser dans toutes les disciplines, que ce soit le sport, la cuisine ou la photographie, il n’y a qu’en faisant qu’on apprend ! Alors n’hésitez pas à sortir votre appareil photo du placard et partez photographier votre environnement ! Partez à l’aventure dans votre quartier, faites une balade dans la nature armé de votre appareil, mitraillez votre lapin, votre poisson rouge, votre tasse de café et tout ce qui vous passe la tête, tant que cela vous inspire !

Rien n’est stupide et, quand bien même vous rentreriez de votre sortie avec uniquement des photos « ratées », cela vous aura permis de vous faire la main sur les réglages de votre appareil ! Bonus, vous pouvez toujours garder ces photos dans un coin de votre disque dur et les regarder dans quelques mois ou années et constater alors vos progrès ! Il y a des chances que vous trouviez même quelques pépites dans le lot avec le recul !

Il y a quelques années, mes parents m’ont offert un nouvel objectif pour mon anniversaire. Il faisait froid et il pleuvait mais j’étais tellement pressée de l’essayer que j’ai commencé à photographier tout ce qui me passait sous le nez ! J’ai finalement réalisé cette photo d’un bouquet de fleurs séchées décoratives que j’aime beaucoup :

3) Réfléchissez avant de déclencher

C’est tout bête mais si vous prenez quelques instants pour analyser votre sujet, observer l’environnement dans lequel vous êtes et chercher les éléments « forts » de votre future photographie, vous progresserez plus rapidement.

Avec l’expérience, ce temps de réflexion deviendra automatique et vous saurez immédiatement distinguer ce qui peut être intéressant photographiquement dans votre environnement.

Avant de déclencher, il faut également se demander quel mode et quels réglages utiliser pour réaliser la photo que l’on imagine.

4) Maitriser un minimum les réglages de votre appareil photo

Cela nous emmène naturellement au point suivant : pour progresser en photo, il vaut mieux connaitre un minimum le fonctionnement de son appareil photo. Pensez à minima à lire le manuel de votre boitier et à connaitre quelques réglages de base comme réaliser la mise au point sur votre sujet.

5) Trier ses photos

Lorsque vous rentrez de votre expédition, la carte SD de votre appareil débordant de photo, il ne faut pas hésiter à réaliser une sélection rigoureuse des photos pour ne conserver que les meilleures !

Spécialiste de la sélection drastique, j’ai un petit dicton personnel sur le sujet : La sélection des photos c’est comme le shopping ! Lorsqu’on passe trois heures à se demander si on prend ce pantalon ou ce haut et qu’on fini par l’acheter quand même, on ne le porte en général jamais et il fini par trainer au fond de la penderie. C’est pareil pour la photographie ! Si l’on hésite pendant la demi-journée sur la nécessité de conserver cette photo ou non, il y a fort à parier qu’on l’oubliera plus tard au fond de notre ordinateur et qu’on ne la regardera plus jamais.

Evidemment, ne supprimez pas tout non plus ! Je vous conseille quand même de conserver l’intégralité de vos images originelles dans un dossier séparé. Déjà au cas où vous changiez d’avis, et ensuite peut-être que des images qui ne vous inspiraient pas aujourd’hui trouveront un sens dans le futur.

6) Ne négligez pas la post production

Et oui, n’en déplaise aux puristes réfractaires qui se sentent pousser des boutons à l’évocation même du nom « Photoshop », la retouche photo est à mon avis partie intégrante du travail photographique. Cela ne date pas d’hier, quand on sait que la retouche photo  fait partie intégrante du processus de création des photographies depuis les années 1860, que ça soit pour l’amélioration, la correction ou le montage des images.

Recadrer un peu sa photo, redresser la ligne d’horizon, …  autant de petites choses bien utiles, notamment lorsqu’on se lance dans la photographie et qu’on ne gère pas encore l’intégralité de ces paramètres dès la prise de vue(ou qu’on a pris la photo très très rapidement pour ne pas rater un truc qui passait par là).

Et la retouche se révèle essentielle lorsqu’il s’avère nécessaire de rectifier la colorimétrie d’une photo, gérer les contrastes, atténuer un contre-jour, …

Et quand bien même vous décideriez que le ciel de votre photo doit être violet ou vert ? Rappelons ici que la photographie est un Art à part entière et que la liberté de création de doit pas être oublié !

La retouche fait partie intégrante de votre style photographique, alors n’hésitez pas à essayer des choses !  Réussir ses photos c’est soigner chaque détail, de la prise de vue à la retouche, en passant par le choix du sujet et des réglages de sont appareil !

Avant / Après : C’est mieux avec la retouche quand même , non?

7) Prenez du plaisir !

Je ne sais pas vous, mais en ce qui me concerne, dès que je dois faire quelque chose que je n’aime pas, je traine des pieds, je cherche des excuses pour ne pas le faire et au fina,l je le fais à reculons sans forcément y accorder la rigueur que cette tache mérite.  En revanche, lorsque je dois aller faire quelque chose que j’aime, je suis impatiente, enthousiaste et je peux passer des heures à peaufiner le moindre détail !

Alors ça peut paraitre évident mais la photographie doit être avant tout un plaisir ! A trop chercher la perfection, on fait parfois de la pratique photographique un exercice technique et on en oublie de s’amuser.

Quel que soit votre niveau, ne vous prenez pas la tête et mitraillez avec enthousiasme !

Premier shooting parisien avec Laura

Premier shooting parisien avec Laura

Une des choses que j’aime le plus dans mon métier c’est les belles rencontres que j’ai l’occasion de faire. Aujourd’hui, je vous partage l’une d’entres elles.

Ceux qui me suivent régulièrement sur les réseaux sociaux le savent, je suis allée faire un petit séjour à Paris au mois d’octobre. L’occasion d’y voir des amis mais aussi de réaliser quelques séances photos dans notre jolie capitale.

C’est ainsi que je descends du train un jeudi en début d’après-midi et, qu’encore chargée de ma valise, je file immédiatement dans le dix-huitième arrondissement pour y rencontrer Laura avec qui j’ai déjà organisé un shooting.

Au programme : réaliser une séance photo rue Dénoyez, célèbre pour ses  nombreux tags colorés.  Arrivée sur place, nous prenons le temps de faire connaissance en dégustant un petit thé à la menthe puis nous démarrons le shooting. En plus, le barman est super sympa, il accepte que je lui laisse ma valise le pendant que l’on shoote.

Nous commençons par prendre quelques photos colorées mais, nous sommes rapidement assez limitées car la rue est partiellement en travaux.  Nous descendons tranquillement la rue dont le décor change au fur et à mesure. Finalement, notre regard se porte sur un bar superbement coloré quelques mètres plus bas. J’ai récupéré ma valise entre temps et nous décidons donc de nous y arrêter prendre un verre et demandons l’autorisation de prendre des photos sur la terrasse. Le propriétaire est adorable ! Il nous apporte quelques olives et de quoi grignoter pour accompagner nos verres de vin blanc (oui parce qu’avec tout ça c’est déjà presque l’heure de l’apéro) et nous prend même quelques photos backstage pour nos stories Instagram ! Finalement, on discute, on fait prends quelques photos et nous passons un tellement bon moment que nous ne voyons pas le temps passé !

Au-delà d’un premier shooting parisien, c’est bien une belle rencontre que je fais ce jour avec Laura et je suis d’autant plus ravie de vous la présenter aujourd’hui.

Qui est Laura ?

Laura a vingt quatre ans, parisienne, elle est modèle photo mais elle est surtout et avant tout actrice.

Elle est en effet passionnée par la comédie depuis toute petite. Plus jeune, elle met toutefois cette passion entre parenthèses pour la reprendre au lycée où elle suit l’option ciné et audiovisuel. C’est ainsi l’occasion de monter des projets de théâtres, des courts métrages, …

Ensuite Laura poursuit par une licence de cinéma et audiovisuel puis un Master Esthétique et Science de l’Art. A la fac, elle étudie notamment le cinéma et conforte son intérêt pour la comédie à travers par exemple les cours de direction d’actrice.

Auparavant très réservée, elle ne souhaitait absolument pas s’exposer et préférait rester plutôt derrière la caméra. C’est finalement son copain qui l’incite à tenter, à faire des photos et elle prend confiance en elle petit à petit. Elle commence donc la photo il y a environ quatre ans, elle s’inscrit d’abord en agence puis participe également à un concours de Miss. L’expérience ne lui plait pas du tout mais elle a au moins le mérite de lui permettre de découvrir les coulisses des séances photos.

Finalement, Laura se lance professionnellement en tant que comédienne et modèle photo il y a de cela deux ans.  Elle est inscrite en agence depuis. Perfectionniste, elle poursuit une formation théâtrale pour se former professionnellement et suit également une formation d’Art thérapie pendant un an.

Jusqu’à présent professeur de théâtre en parallèle, Laura décide de se consacrer à sa passion à temps plein depuis le mois de septembre.

Laura a vingt quatre ans. Elle est modèle et actrice depuis deux ans dans une agence.  Elle souhaite à présent se consacrer aux castings pendant une année entière pour se donner une chance de réussir en temps que comédienne. Evidemment, elle y croit, mais si ça ne fonctionne pas autant qu’elle l’espérait Laura envisage de reprendre son travail de professeur de théâtre à temps partiel. En attendant, elle souhaite se donner les moyens de réussir et ne surtout pas avoir le regret de ne pas avoir essayé dans quelques années. En parallèle, elle s’inscrit dans des agences d’autres pays européens pour mettre toutes les chances de son côté.

Idéalement, elle aimerait perce en tant que comédienne et souhaiterai également explorer le domaine de la publicité, en partenariat avec des marques par exemple en tant que modèle photo car elle adore ça mais aussi et surtout via la vidéo. A côté, elle pratique toujours l’art thérapie qu’elle adore et dont elle apprécie chaque jour les bienfaits.

En résumé, si Laura est bien consciente que la photo ce n’est pas pour tout le monde, elle souhaite donner le conseil suivant : il faut quand même tenter ! Il faut être naturel et surtout être acharné et montrer que l’on veut réussir.

De mon côté, je vous invite à retrouver Laura sur Instagram par ici et à découvrir son book par !

Une séance photo dans des conditions extrêmes avec Virginie

Une séance photo dans des conditions extrêmes avec Virginie

Même si l’automne et le froid nous ont à présent bien rattrapés, nous avons quand-même pu profiter d’un bel été indien cette année. C’était l’occasion de profiter enfin du calme relatif de l’arrière-saison pour réaliser quelques photos sur la dune du Pilat.

C’est ainsi qu’il y a quelques semaines, je pars décidée en compagnie de Virginie pour une matinée de shooting. D’humeur optimiste et insouciante dans une ambiance « virée en bord de mer », nous déchantons rapidement lors de notre ascension de la dune. Déjà car le « calme relatif de l’arrière saison » escompté n’est pas au rendez-vous et que la Dune est quand même sacrément fréquenté pour un mercredi matin et ensuite car, arrivées au sommet, le vent est tellement fort que nous nous demandons sérieusement comment nous allons pouvoir réaliser le shooting.

Le vent provoque une mini tempête de sable qui mort la peau et brûle les yeux lorsqu’on s’y expose. Des conditions climatiques auxquelles on ne s’attendait clairement pas ! Je n’ose pas sortir mon appareil photo du sac de crainte de l’endommager. Du côté de Virginie ce n’est pas mieux ! Impossible d’ouvrir les yeux sans   Initialement parties pour réaliser des plans plutôt larges en mode « désert du sahara » (oui oui sur la dune du Pyla et alors ?), nous décidons de descendre un peu la dune pour nous protéger du vent. Evidemment, cela ne nous offre pas la même perspective mais dans l’ensemble nous réussissons à réaliser des photos plutôt sympas. Et, heureusement, le vent fini par se calmer un petit peu au fur et à mesure de l’avancement de la matinée.

En revanche, la séance photo a duré bien plus longtemps que prévu et nous approchons rapidement de midi. Encore un imprévu mais c’est cette fois l’occasion d’expérimenter la lumière crue de la mi-journée et des jouer avec l’ombre des pins longeant la dune pour un résultat finalement bien différent que ce pour quoi nous étions parties au départ mais néanmoins plutôt réussie.

Une séance photo dans des conditions particulières donc que je n’aurais probablement pas pu mener à bien sans l’expérience de Virginie et sa capacité d’adaptation.

 

Mais, qui est donc mon modèle du jour ?

 

Virginie a trente cinq ans et elle est originaire de Périgueux. Après le bac, elle passe un an en Allemagne en tant que jeune fille au pair puis étudie les langues étrangères appliquées à l’université de Bordeaux. Durant ses études, elle s’inscrit dans une agence d’hôtesse commence ainsi une longue carrière de modèle/mannequin. De fil en aiguille, elle est recrutée par une vingtaine d’agence en France en tant qu’hôtesse & mannequin dans l’évènementiel et elle travaille durant quatre ans dans ce domaine, allant même jusqu’à en vivre exclusivement pendant quelques années.

 

Une carrière qu’elle met ensuite en pause lorsqu’elle décroche un CDI en tant que secrétaire dans le commerce international, plus précisément, le négoce d’emballages industriels. Cependant, en 2008, l’entreprise pour laquelle elle travaillait supprime son poste à cause de la crise et elle se retrouve au chômage. Pour autant, Virginie ne se laisse pas abattre et elle se reconvertie dans le management des ressources humaines en validant un diplôme en management des RH.

Artiste dans l’âme (elle pratique également la photographie en amateur ainsi que la peinture), elle réalise en reprenant des études que cette activité de modèle lui manquait et elle décide de se refaire un book. Elle décide de se faire plaisir et s’offre donc un book, qu’elle réalise un photographe professionnel. Elle décide dans la foulée de poster les photos sur Facebook. Là-dessus, un photographe avec qui elle avait travaillé dans le passé la recontacte et, une chose en entrainant une autre, elle reprend son activité de mannequin et obtient des prestations dans des évènements tels que le salon du mariage ou des parutions dans des magazines. Cela fait maintenant huit ans et depuis, elle n’a jamais arrêté. Elle découvre en parallèle des univers artistiques différents tels que le body painting et l’univers Onirique Fantasy dont elle est devenue fan.

Cette activité de modèle reste toutefois secondaire car, suite à son BTS, Virginie travaille dans les ressources humaines dans différentes entreprises pendant quelques années. Lors de son dernier poste de gestionnaire de paye, elle fait un burn-out qui dure deux ans et à la suite duquel elle décide de quitter la vie de salariée pour s’orienter dans une autre voie.

Depuis toujours intéressée par l’ésotérique, Virginie décide de revoir ses priorité et entreprend de se former dans différents domaines : la lithothérapie, la bioénergétique ou encore la communication animale. Au fur et à mesure de son apprentissage, elle fait des rencontres qui la marquent et l’incitent à se lancer officiellement dans cette voie.

Elle crée d’abord une association dans le cadre de laquelle elle organise des ateliers de méditations, depuis maintenant plus de six mois. Par la suite, elle aimerait également proposer différents ateliers axés sur le bien-être mais aussi la beauté. Par ailleurs très impliquée dans la cause des femmes, Virginie souhaitaient au départ créer une association qui soutient la cause des femmes en organisant notamment des cercles de paroles.

Si cet aspect n’est pas simple à mettre en place car il implique l’intervention de professionnels (psychologues notamment), c’est en tout cas un sujet qui tient très à cœur à Virginie et elle entend bien le développer dès que possible.

En parallèle, elle est en train de créer son entreprise pour s’installer en tant que lithothérapeute et bio-énergéticienne.

Elle espère donc pouvoir développer l’association assidument dans les prochaines années et espère également développer son activité professionnelle dans ce domaine. Elle n’oublie pas pour autant sa paisson pour la photo et elle espère pouvoir continuer à en faire et à continuer à s’éclater dans des projets artistiques avec des univers qui lui parlent.

De mon côté, je lui souhaite bonne chance dans son entreprise et je vous invite à la retrouver sur les réseaux sociaux :

Son activité de modèle :

Vous pouvez retrouver son book par ici et la suivre sur Facebook & Instagram.

 

Son activité professionnelle et son association :

Le compte professionel de Virginie par ici et son association par .

Un shooting lifestyle pour la marque Southwards

Un shooting lifestyle pour la marque Southwards

Aujourd’hui, je vous parle du shooting réalisé pour la jeune marque Southwards. L’idée : réaliser une séance photo pour présenter leur nouvelle collection portée par nos modèles du jour : Justine et Alex !

Pour coller avec l’inspiration résolument urbaine des pièces de la collection, je propose de réaliser le shooting à Bègles, dans le quartier de Terres-Neuves qui nous propose une architecture moderne, colorée et variée, tout ce que j’aime ! Tout le monde est partant et nous décidons d’y réaliser la séance photo un samedi après-midi, ce qui tombe bien car le coin est en théorie presque désert le week-end. En théorie car ce jour-ci le quartier accueille justement les rendez-vous des terres neuves, festival annuel du quartier !

Parce que nous nous rencontrons le jour-même de la séance photo, Alex, notre modèle masculin nous propose de nous retrouver pour déjeuner avant de commencer la séance photo. Le rendez-vous est donc prit à midi et c’est l’occasion de rencontrer Justine, notre modèle féminin, deux des co-fondateurs de Southwards, Florian et Léa ainsi que Candice, l’amie de Léa qui soutien le projet depuis les débuts.

Nous brisons la glace autour d’un plat de pâtes en terrasse (A cette période de l’année ça mérite d’être souligné) puis, le ventre bien rempli, nous sommes motivés à commencer les choses sérieuses !

Bien organisés, nous avions préalablement repérés les lieux et nous enchainons les prises de vue assez rapidement, passant d’un lieu et d’une tenue à l’autre sans encombre. Et heureusement car c’est vraiment une belle journée chaude d’automne et, en fin de shooting Justine et Alex commencent à avoir un peu chaud dans leurs sweatshirts !

Et comme nous avons commencé la journée dans la bonne humeur, nous terminons la séance photo en beauté autour d’un verre pour nous rafraichir ! C’est également l’occasion d’échanger avec Florian et Léa pour réaliser la désormais traditionnelle interview :

L’histoire de Southwards c’est avant tout une histoire de famille !

 

Southwards, c’est une jeune marque angoumoisine créée par Florian, Léa et Antoine.

La marque est crée à l’initiative de Florian, dix-neuf ans et actuellement étudiant en comptabilité gestion à Toulouse. Entrepreneur dans l’âme, il souhaite trouver une idée d’entreprise qu’il puisse mener de front avec ses études et qui ne soit donc pas trop chronophage. Il pense ainsi au secteur de la mode. Le projet muri dans un coin de sa tête pendant près d’un an lorsqu’il décide d’en parler à sa sœur Léa (vingt et un an et étudiante infirmière) ainsi qu’à son copain Antoine (également vingt et un ans, étudiant en BTS Management des Unités Commerciales). Tous deux répondent présents et décident de se joindre à l’aventure.

C’est ainsi que né Southwards, un nom qui signifie « en direction du Sud », en hommage à leurs origines.

Ils souhaitent un logo qui reflète le nom, c’est pourquoi ils pensent à une flèche dans des crochets indiquant la direction du sud. Le logo présent sur leurs pièces est dessiné par Florian   grâce à une idée qu’il a eu dans la nuit, et représente une flèche graphique (qui ressemble à un électrocardiogramme pour beaucoup), dans laquelle sont cachées les lettres S et W.

Florian, Léa et Antoine se lancent très rapidement et décident de commencer à chercher fournisseurs, imprimeurs textiles. Florian s’investi énormément dans ce projet et construit également le site internet par lui-même.

Les trois entrepreneurs partent au départ sur un style plus urbain avec un fournisseur complètement différent mais, la qualité n’étant pas au rendez-vous sur certaines pièces, ils décident finalement d’épurer leur première collection en limitant la quantité des modèles et ils se focalisent plutôt sur des produits éthiques et de très bonne qualité. Leurs produits sont donc 100% réalisés en coton bio et équitable et, si leur fournisseur est pour l’instant situé en Belgique, ils souhaitent à terme viser le 100% Made In France, ce qui est malheureusement trop couteux pour l’instant.

En effet, tous les trois étudiants, ils ont à cœur de proposer des pièces qu’ils aiment et pourraient porter, de bonne qualité mais en restant dans un tarif abordable et adapté à toutes les bourses.

Si la première collection vient tout juste de sortir, Florian, Léa et Antoine envisagent déjà l’avenir et ils réfléchissent actuellement à la deuxième collection. Léa, normalement diplômée au mois de mars, espère avoir plus de temps pour commencer à développer la marque à plus grande envergure.

De mon côté, je vous invite à aller découvrir la marque sur Instagram par ici et à aller shopper les pièces dans leur boutique en ligne par !

Et, parce que cette séance photo n’aurait pas été la même sans nos deux modèles je vous invite également à aller découvrir leur univers : Justine sur Instagram et Facebook & Alex : sur Instagram

 

 

Séance photo nocturne avec Malo & Nico

Séance photo nocturne avec Malo & Nico

Nouvel article pour un projet qui me tenait très à cœur aujourd’hui ! Vous avez sûrement du le remarquer, j’adore les couleurs, les lumières et jouer avec l’environnement. Si j’ai commencé à apprivoiser la lumière du soleil il y a un déjà longtemps que j’ai envie de réaliser une séance photo de nuit. Parce qu’il faut bien une source de lumière tout de même et que je souhaitais travailler en extérieur, je cherchais depuis un moment un endroit suffisamment éclairé de nuit pour rendre cette séance photo possible. Oui oui, je sais que le centre ville de bordeaux est parfaitement éclairé de nuit, ainsi que le Pont de Pierre ou Chaban Delmas qui sont des choix évidents, mais justement un peu trop évidents !  Je voulais aussi un lieu atypique et original. Pas simple mais que celui qui n’a jamais fait son difficile me jette la première pierre !

Et puis un jour, je passe par Bordeaux-Lac de nuit et je réalise que le parking est l’endroit idéal pour réaliser ce projet. Les lumières vertes du rez-de-chaussée, les colonnes blanches, les escalators et l’ambiance urbaine du parking offrent autant de possibilité que l’on peut en imaginer.

Malo, que je trouve parfaite pour ce projet est partante ! Et, lorsque je lui confie que j’imagine une séance photo en duo, elle me propose immédiatement Nico, son copain avec qui elle a commencé à réaliser des shooting depuis peu.

C’est validé et nous nous donnons rendez-vous un soir sur semaine peu avant le coucher de soleil. Je vous passe les péripéties de mon pneu qui éclate en route et nous oblige à reporter le shooting au lendemain soir et entre directement dans le vif du sujet ! Sur place, petite surprise que je n’avais pas prévu (honte à moi), même s’il fait bientôt nuit, Auchan n’est pas encore fermé et il y a encore beaucoup de monde sur le parking (Oups !). Heureusement, l’étage du parking est déjà presque vide et nous décidons donc d’y commencer la séance photo.

On s’éclate avec les perspectives et les éléments du décor : caddies, escaliers de secours, lignes des places de parking, … Puis on s’attaque à l’escalator. Très honnêtement je n’avais pas anticipé comment y faire concrètement les photos. J’aime l’idée de la perspective prise de l’escalator d’en face alors je descends appareil photo en main tandis que Malo et Nico montent et je mitraille lorsqu’on se croise. Pas très pratique, mais on rigole bien !

Au final, le courant passe bien entre nous trois et nous passons une bonne partie de la soirée à explorer le lieu et discuter. Ce shooting s’avère être un excellent moment de rigolade mais aussi productif car, pour une première, les photos sont plutôt réussies vous ne trouver pas ?

 

En tout cas, c’est avec un réel plaisir que je vous présente Malo et Nico aujourd’hui :

Malo :

Malo a vingt deux ans. Danseuse depuis ses cinq ans, elle est obligée d’arrêter il y a deux ans à la suite d’une rupture des ligaments croisés. Elle décide donc de se reconvertir et c’est ainsi qu’elle devient maquilleuse. Un choix évident car c’est également une activité qu’elle adore depuis très longtemps, toujours liée à la danse puisqu’elle a commencé en prenant l’habitude de maquiller ses amies lors des représentations. Une activité qui démarre mais Malo ne s’ennuie pas et multiplie déjà les projets en collaborations avec photographes, modèles et collectifs, ce qui lui permet de réaliser un portfolio de qualité et construire son réseau.

Malo devient modèle photo un peu par hasard : maquilleuse, elle publie une photo d’elle sur un groupe d’échanges entre modèles et photographes et qu’elle voudrait collaborer avec des gens pour se faire la main et des photographes la contactent pour une séance photo. Elle décide de se lancer au passage car cela lui permet de faire des choses différentes et qu’elle a toujours aimé la photo et l’art en général : véritable multi passionnée, elle a pratiqué la guitare, le piano, la danse, …

Nico :

Nico a vingt six ans, il est comédien. Une passion depuis toujours, enfant déjà il adore interpréter des personnages. A l’école, lorsqu’il est appelé au tableau , il préfère faire le pitre et faire tout le contraire de ce qui lui est demandé.

Avec le recul, Nico réalise que cela provient probalement d’un manque de confiance en lui, jouer la comédie lui permet de se cacher derrière les personnages qu’il interprète. Plus jeune, il souhaite prendre des cours de théatre mais, pour son beau-père être acteur n’est pas une carrière envisageable. Inquiet de son jugement, Nico n’ose donc pas se lancer.

Originaire de Paris, il arrive à Bordeaux et décide de se franchir le pas. Il trouve un cours de théatre quasi immédiatement. Après pas mal d’étapes et de boulots en tout genre, Nico est a présent prêt à se donner les moyens de vivre de sa passion. Un choix de vie qu’il adore mais qui n’a pas été toujours facile. Aujourd’hui, être entouré d’artiste lui permet également de s’épanouir dans ce domaine.

 

Malo & Nico se rencontrent totalement par hasard, il y a maintenant plus de six mois lors d’une soirée chez des amis. Alors que n’y l’un ni l’autre ne cherchait de relation sérieuse,ça a été le coup de foudre immédiat entre eux !

Ils se soutiennent l’un l’autre et espèrent chacun vivre de leur passion mais ils sont également motivés par des projets communs : déjà les shooting ensembles, mais ils souhaitent également monter des projets de plus grande envergure mêlant leur passions respectives pour la danse, la comédie et le maquillage.

De mon côté, j’ai adoré ce moment passé avec Malo & Nico et leur souhaite la plus grande réussite dans leur projets. Pour les retrouver ça se passe par ici :

Sur instagram : le profil modèle de Malo par ici et son profil MUA par .

Sur Instagram & Facebook pour Nico.

Article suivant ←                                                                                                                                                                     → Article précédent

Une séance photo colorée avec Ariane

Une séance photo colorée avec Ariane

Après quinze petits jours d’absence, me revoici sur le blog ! Je vous partage encore aujourd’hui une belle rencontre et un superbe shooting avec la jolie et rafraichissante Ariane.

J’ai rencontré Ariane sur Instagram (franchement qu’est ce qu’on deviendrait sans Instagram !) et j’ai tout de suite eu envie de la photographier ! Toutes les deux fans de couleurs (et de jaune !) on est dès le départ d’accord pour réaliser un shooting coloré mais, une fois n’est pas coutume, ce n’est pas moi qui ai choisit le lieu, mais Ariane qui a eu une super idée en me proposant de réaliser la séance photo au Karting / Bowling de Bordeaux Lac !

Entre le bar éclairé aux néons colorés, les abords de la piste de Kart, le coté Bowling et la terrasse, il y a de quoi faire ! Même à l’extérieur, les façades colorées nous fournissent un superbe arrière-plan.

Dehors il fait très chaud mais on profite de l’intérieur climatisé pour se rafraichir, on commande un verre que l’on sirote en alternant les prises de vue. Nous avons toutes les deux l’après-midi devant nous, et l’endroit est à cette heure-ci quasiment désert, c’est l’occasion de prendre notre temps et en profiter pour exploiter chaque recoins coloré.

Au final, nous sommes toutes les deux ravies de notre séance, des photos, mais aussi de cet agréable moment passé ensembles. De mon coté, je suis vraiment ravie du choix de ce lieu auquel je n’avais pas pensé mais qui s’avère une excellente surprise.

Qui est Ariane ?

 

Ariane a dix neuf ans et est étudiante en droit. Elle vient de rentrer en troisième année à la fac de Bordeaux. Originaire de Reims, elle arrive à Bordeaux pour ses études avec toute sa famille. Pour sa maman, c’est l’occasion de changer de ville et pour elle, l’opportunité de commencer ses études dans notre jolie ville.

Ariane a décidé de s’orienter dans le droit pour suivre les traces de son papa, avocat en droit des affaires. Elle l’a toujours admiré et adorait le regardait travailler quand elle était petite et a donc décidé de devenir elle-même avocate en droit des affaires.

Inspirée également par sa maman, elle lui doit sa passion pour la mode qui travaille dans ce domaine et lui a transmis sa passion.

A coté de ça, elle adore la photo et la danse elle a fait trois ans de hip-hop et deux ans de modern-jazz. Toujours fan de danse, elle continue à danser et à écouter de la musique autant qu’elle le peut.

Elle adore la photo, en tant que modèle mais elle aime aussi prendre de belles photos, de paysage par exemple lorsqu’elle est en voyage. Elle envisage même à un moment de s’acheter un appareil photo puis elle se dit qu’avec les téléphones on peut  déjà faire quelque chose de sympa.

Si elle aime beaucoup être modèle photo, elle ne souhaite pas pour autant en faire une activité à temps plein, elle tri beaucoup les demandes de photographe qu’elle reçoit et n’avait jusqu’à présent fait qu’un seul shooting. Elle trouve aussi que pour se prétendre modèle, il faut être vraiment engagé et y consacrer beaucoup de temps, ce qui n’est pas son cas car elle choisit avant tout de privilégier ses études.

De mon côté, j’ai adoré partager ces moments avec Ariane et totalement enchantée d’avoir pu réaliser cette séance photo dans ce lieu auquel je n’aurais probalement pas songé sans elle. Et, comme toujours, je vous invite à aller découvrir son univers sur Instagram par ici !

Et vous? Vous aimez ces photos? N’hésitez-pas à me donner votre avis !

Article suivant ←                                                                                                                                                                     → Article précédent

error: Si vous êtes intéressé par des photos, contactez-moi via le formulaire de contact !